icone illustration

Référents recherches

 

Recherche de participants

Logos des partenaires

Qui effectue la recherche ?

Cette recherche est menée au sein de l'Université de Poitiers conjointement par :

  • Le Centre de Recherches sur la Cognition et l'Apprentissage (CeRCA- CNRS) :
    • Anna Potocki, Maître de Conférences à l’Université de Poitiers
    • Blandine Baranger, Etudiante en Master 2 de Psychologie (Spécialité « Troubles de la Cognition et du Langage ») à l’université de Poitiers dans le cadre de son mémoire de recherche

Qui est concerné ?

Les personnes reconnues Asperger ou avec autisme de haut niveau, âgées entre 8 et 12 ans.

Objet et but de la recherche

L’objectif de ce travail est d’examiner les habiletés de lecture et de compréhension de textes des enfants autistes de haut niveau ou porteurs du syndrome d’Asperger. Plus précisément, il s’agira de déterminer l’origine des troubles qui sont souvent observés dans cette population concernant la production d’inférences lors de la lecture, processus permettant de comprendre l’implicite dans un texte. Cette étude permettra, à terme, de cibler les remédiations sur les processus qui semblent causer ces difficultés de compréhension inférentielle.

Durée et déroulement de la participation des familles

Dans un premier temps, des exercices de lecture de mots et de compréhension de textes seront proposés aux enfants. Dans un second temps, il s’agira de cibler plus spécifiquement la production d’inférences avec des petits exercices de lecture de textes permettant, sur la base des réponses données par les enfants à des questions de compréhension, de mieux comprendre l’origine de leurs difficultés inférentielles. Au total, la session dure environ une heure.

Lieu

Dans les locaux du Centre Ressources Autisme de Poitiers ou dans un lieu à votre convenance.

Pour plus d'informations, vous pouvez nous contacter

  • Par téléphone au 06 23 90 05 95 (Anna Potocki) ou au 05 49 44 57 59 (Centre Ressources Autisme, CRA)
  • Par email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
"Parent(s) d’un enfant avec autisme ?
L’université de Mons a besoin de vous.
L’UMONS collabore au projet PATH avec l’Université de Liège (ULg) et des entreprises privées (Acapela, Multitel, Triptyk), projet qui vise au développement d’applications sur tablette pour personnes avec autisme. Dans ce cadre, l’UMONS met en ligne un questionnaire d’analyse des besoins des personnes avec autisme en termes de nouvelles technologies ; ceci afin de guider leur stratégie de conception des applications. Si vous souhaitez contribuer à la recherche et aider l’équipe de l’UMONS à développer ce projet au mieux, n’hésitez pas à les contacter à l’adresse suivante afin d’obtenir un code personnel pour remplir le questionnaire en ligne, de chez vous : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ."

Qui effectue ce travail de mémoire ?

Ce travail est mené par Camille Champion, étudiante en 5ème et dernière année d’ostéopathie à l’ITO de Bordeaux, dans le cadre d’un mémoire de fin d’études. Maitre de stage : Julie PICHOT - ostéopathe diplômée depuis 2006. Cotuteur : Docteur Agnès Michon – Chef de service de l’hôpital de jour pour personnes handicapées à Châtellerault (86).

Qui est concerné ?

Les personnes ayant été diagnostiquées TED et qui présentent des problèmes de constipation chronique, quelque soit leur âge.

Objet et but de la recherche

J’ai pu constater que beaucoup de patients TED présentent une constipation chronique, les étiologies peuvent être diverses. Pour cela j’ai choisi d’étudier l’influence que l’ostéopathie pouvait avoir sur ces troubles.

Durée – Lieu et déroulement de la participation des familles

L’étude va se dérouler sur deux séances d’ostéopathie au sein du service de l’hôpital de jour pour personnes handicapées, au centre hospitalier Camille Guérin de Châtellerault ou dans un lieu qui puisse vous arranger. La première séance durera environ 25-30min, il faudra remplir un questionnaire ainsi qu’une échelle d’évaluation puis nous passerons à la séance propre dite. Je vous redonnerai quelques jours plus tard l’échelle d’évaluation qui nous servira de comparaison. La deuxième séance se déroulera quelques mois plus tard, pour voir l’évolution et refaire une séance d’ostéopathie qui sera plus globale.

Pour plus d’informations, vous pouvez me contacter

  • Par téléphone : 06-85-57-72-16
  • Par email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Logos des partenaires

Qui effectue la recherche ?

Cette recherche est menée au sein de l'Université de Poitiers conjointement par :

  • Le Centre de Recherches sur la Cognition et l'Apprentissage (CeRCA- CNRS) :
    • Virginie Laval, Professeur de psychologie du développement à l’université de Poitiers,
    • Sandrine Gil, Maître de Conférences à l’université de Poitiers
  • Le Centre Ressources Autisme Poitou-Charentes (CRA) à Poitiers :
    • Véronique Bonnaud, psychologue spécialisée en Neuropsychologie au CRA,
    • Roger Meggie, Etudiante en cinquième année de Psychologie à Poitiers. Conduit et intègre cette étude dans le cadre de son mémoire de fin d’étude.

Qui est concerné ?

Les enfants et adolescents reconnus porteur du syndrome d’Asperger ou d’autisme de haut niveau. Le protocole de test nécessite un niveau de langage suffisant.

Objet et but de la recherche

Notre langage est souvent complexe, parfois on veut faire comprendre quelques chose à une personne sans le dire directement (ex : on regarde la télé en famille, la télé est trop forte et on dit : « j'ai mal de tête » pour signifier qu'il faut baisser le son. Nous savons que les personnes avec autisme ont des difficultés pour comprendre cette forme de langage. Nous cherchons dans cette recherche à mettre au point un outil de mesure pour évaluer ces capacités de langage chez les enfants et adolescents porteurs du syndrome d’Asperger ou d’autisme de haut niveau : peuvent-ils utiliser le contexte qui entoure l’énoncé afin de le comprendre, ou vont-ils privilégier l’analyse des aspects formels du langage (phonologie, lexique, syntaxe)?

Le but de cette étude est d'améliorer la connaissance du syndrome d'Asperger et de l'autisme de haut niveau, de faire avancer la recherche et à terme, de mettre à la disposition des professionnels un outil d’évaluation de la compréhension orale d’expressions idiomatiques (par exemple : « jouer avec le feu »).

Durée et déroulement du test

Le protocole se fait en deux séances, séparées de 15 jours. Chaque séance dure environ 30 minutes.

Lieu

Dans les locaux du Centre Ressources Autisme de Poitiers ou dans un lieu à votre convenance.

Cadre

Les données recueillies sont anonymes. Seuls les enfants et adolescents autorisés (autorisation écrite des parents) participeront à cette étude.

Pour plus d'informations, vous pouvez nous contacter

  • Par téléphone au 06 67 08 57 73 (Roger Meggie) ou au 05.49.44.57.59 (Véronique Bonnaud)
  • Par email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou à VéCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les ateliers parentaux sont de retour!

Avec le C.R.A. Poitou-Charentes, nous avons mené en 2015 des ateliers d’entraînement aux habiletés parentales.

Dates :

Ces ateliers reprendront au CRA (Poitiers) à partir de mars 2016 avec un nouveau groupe de familles. Une réunion d’information aura lieu un soir fin février 2016 à 18h au CRA.

Public :

Ils s’adressent à des parents d’enfants porteurs de TSA de moins de 7 ans (enfants avec au moins un retard léger, pas type Asperger, ni Rett, ni trouble désintégratif).

Objectifs :

Ces ateliers ont plusieurs objectifs : Ils visent :

  • à fournir aux parents des éléments de connaissance sur les troubles autistiques et à leur donner des moyens de stimuler le développement de leur enfant
  • à aider les parents à être actifs dans l'accompagnement de l'enfant, quel que soit le cadre de scolarisation, ordinaire ou spécialisée ou de soins dont il bénéficie
  • aussi à faire face aux difficultés qu'ils sont susceptibles de rencontrer dans la vie quotidienne.

Participez à la diffusion de l'information :

Nous sommes dans la phase de recrutement des familles, donc, si vous êtes une famille concernée et intéressée, n’hésitez pas à nous contacter Si vous connaissez des familles autour de Poitiers potentiellement intéressées, n’hésitez pas à diffuser l'information l’information.

Contact et renseignements :

Nous sommes disponible pour tout renseignement :

  • par téléphone au C.R.A. au 05-49-44-57-59
  • par courriel Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Présentation des travaux de recherche

Recherches biomédicales

  • « Etude de validation de l’adaptation française d’une échelle d’aide au diagnostic du trouble du spectre autistique : l’échelle diagnostique du syndrome d’Asperger (RAADS-R)
    Recherche multicentrique coordonnée par le Pr Amaria BAGHDADLI (Centre de Ressources Autisme Languedoc-Roussillon).
  • Etude Meladose : « étude de la relation dose–effet de la mélatonine dans l’autisme infantile »
    Recherche multicentrique menée par le Pr TORDJMAN du CHU de Rennes. Coordination du projet au niveau du C.R.A. Poitou-Charentes par Virginie MARTIN.

Recherches en psychologie cognitive

Le CRA participe activement à l’encadrement de mémoires de recherches en collaboration avec Virginie Laval, Professeur et Sandrine Gil, Maitre de conférences à l’université de Poitiers et membres du Centre de Recherches sur la Cognition et l’Apprentissage (CeRCA) :

  • Capacités inférentielles et flexibilité mentale chez les personnes avec autisme mémoire
    Soutenu par Charlotte TOILLON pour l’obtention du Master 2 de psychologie Spécialité Troubles de la Cognition et du Langage : Psychologie du développement et Neuropsychologie, en 2014, à l’université de Poitiers.
  • La compréhension des expressions idiomatiques par les adolescents porteurs du syndrome d’asperger ou autisme de haut niveau
    Mémoire soutenu par Pauline GOUTE pour l’obtention du certificat de capacité d’orthophonie, en 2014, l’université de Poitiers.
  • Inférence et compréhension du langage : vers la réalisation d’un outil d’évaluation pour les adolescents ayant un syndrome d’asperger
    Mémoire soutenu par Claire CHAPPOT DE LA CHANONIE pour l’obtention du certificat de capacité d’orthophonie, en 2013, l’université de Poitiers.
  • Pragmatique et compréhension du langage chez les adolescents atteints du syndrome d’asperger : le rôle du contexte situationnel et de la prosodie émotionnelle
    Mémoire soutenu par Lucie TIENGOU pour l’obtention du certificat de capacité d’orthophonie, en 2012, l’Université de Poitiers.

Communications affichées

« Pilou 1.0 » : un outil de mesure de l’inférence sociale

Salon de valorisation de la recherche en Sciences Humaines et Sociales les 16 et 17 mai 2013 à Paris.

Recherches Biomédicales

Participation à la cohorte Elena

La cohorte ELENA implique le suivi prospectif durant 10 ans, d’enfants et adolescents âgés de 2 à 16 ans avec un diagnostic de Trouble du Spectre Autistique (TSA), afin de mieux connaître leurs trajectoires évolutives et leurs facteurs de risque et de protection. Recherche multicentrique coordonnée par le Pr Amaria BAGHDADLI (Centre de Ressources Autisme Languedoc-Roussillon).

Recherches en psychologie cognitive et du comportement

Participation à un programme psychoéducatif de formation aux habiletés parentales pour parents d’enfant ayant un trouble du spectre de l’autisme. Recherche coordonnée par le Pr Céline CLEMENT (Maître de conférences universitaire, à l’université de Strasbourg, en collaboration avec l’Université UQTR à Trois Rivières au Québec). L’objectif de cette étude est de permettre aux parents de s’approprier les connaissances, les stratégies et les outils spécifiques aux TSA dans le but de mieux comprendre le fonctionnement de leur enfant et de mieux faire face aux problèmes rencontrés dans la vie quotidienne et familiale.

Communications affichées

« IDIOME : un outil de mesure de l’inférence contextuelle » présenté au salon de valorisation de la recherche en Sciences Humaines et Sociales les 16 et 17 juin 2015 à Paris.

Recherches en psychologie cognitive

Etude des liens action-langage chez une population présentant des troubles autistiques

Sous la direction de Christel Bidet-Ildei (maitre de conférences à l’université de Poitiers et membre du CeRCA).

Présentation

En lien avec le courant théorique de la « cognition incarnée » qui suggère que les fonctions cognitives de haut niveau découleraient des fonctions sensori-motrices , plusieurs travaux ont démontré que le système moteur intervient lors de tâches impliquant la compréhension de mots d’action . Cependant, même si l’intervention du système moteur lors du traitement de mots d’action a été largement vérifiée, plusieurs questions théoriques restent encore en suspens concernant notamment l’origine de ce lien . Un des modèles théoriques propose que les actions et le langage seraient liés à travers le « système miroir ». Classiquement, le « système miroir » fait référence chez l’homme à un ensemble de structures cérébrales qui sont activées lors de la production et de l’observation d’une action . Dans cette conception, la compréhension des mots d’action solliciterait également le « système miroir » ce qui suggère que la capacité à comprendre les actions des autres et la capacité à comprendre les mots d’action seraient sous-tendues par les mêmes structures neurophysiologiques.

Dans ce contexte, l’étude de population présentant des troubles autistiques pourrait être particulièrement enrichissante. L’autisme est un trouble neurodévelopmental caractérisé par des déficits dans la communication sociale, des comportements répétitifs et/ou stéréotypés et des intérêts restreints (voir définition du DSM 5). Plusieurs études montrent également que ces populations présenteraient une activation atypique du système miroir et des difficultés dans la reconnaissance des mouvements humains . Récemment, il a été montré que les adultes présentant des troubles autistiques auraient également des activations cérébrales atypiques et des performances amoindries lors du jugement de verbes d’action . Cependant, la spécificité du déficit de traitement des verbes d’action ainsi que les mécanismes entrant en jeu dans ce déficit n’ont pas encore été étudiés. Dans le présent projet nous proposons donc de mener plusieurs expériences visant à étudier les mécanismes à l’œuvre dans le jugement de mots d’action chez les personnes avec autisme. Pour cela, nous utiliserons une technique d’enregistrement des mouvements oculaires (Eye tracking). Cette technique est particulièrement intéressante car sans être invasive pour le sujet, elle permet de mettre en évidence les mécanismes impliqués lors du traitement spontané d’informations visuelles ou auditives.

Ce projet a une visée théorique dans le sens où il nous permettra d’apporter des arguments sur la question des origines du lien action-langage et également une visée neuropsychologique puisqu’il permettra de faire avancer les connaissances sur le fonctionnement des personnes avec autisme. A terme, il pourra permettre de proposer de nouvelles techniques de remédiation pour cette population.

Participants

L’ensemble des expériences sera mené chez des sujets avec autisme ainsi que chez des sujets sains (adultes et enfants) appariés en âge chronologique et en âge mental. Les patients avec autisme auront été diagnostiqués au préalable à l’aide des critères du DSM V et seront par ailleurs évalués sur des échelles classiques type ADI (Autism Diagnostic Interview) et ADOS (Autism Diagnostic Observation Schedule) ainsi que sur des échelles plus spécifiques telles que la GRAM (Grille régulation-adaptation- modulation) ou la BECS (batterie d’évaluation cognitive et socio-émotionnelle).

Les résultats obtenus à ces différentes évaluations seront corrélés à postériori avec les résultats obtenus lors de l’enregistrement des mouvements oculaires. D’autre part, le niveau de langage de chaque participant (sain ou avec autisme), sera évalué (test de vocabulaire de la WISC IV). Tous les sujets devront entre autre être capables de comprendre des consignes simples et de rester assis devant un écran d’ordinateur pendant au moins 10 minutes.

Prévisionnel
 

L’année 2014-2015 sera consacrée à l’étude des liens action-langage au cours du développement normal. Ceci nous permettra de recueillir des données sur l’enfant typique et d’adapter les protocoles de recherche. Les expérimentations chez la population présentant des troubles autistiques débuteront au 1er semestre 2015.

Reconnaissance des expressions faciales émotionnelle

Sous la direction de Sandrine Gil (maitre de conférences à l’université de Poitiers et membre du CeRCA).

De nombreuses recherches rapportent que les personnes avec autisme seraient déficitaires dans la reconnaissance des expressions faciales émotionnelles. Ce déficit expliquerait en partie leur inadaptation aux interactions sociales. Néanmoins, ce déficit reste controversé, des résultats contradictoires étant publiés régulièrement. Aussi, il semble que la nature de la tâche de reconnaissance utilisée impacte directement sur la performance de ces individus. Nous proposons donc d’examiner la question de la reconnaissance des expressions faciales chez des personnes avec autisme au travers d’une approche originale et jusque-là inexplorée : utiliser non pas une tâche explicite de reconnaissance des expressions faciales émotionnelles, comme de coutume, mais une tâche implicite : une tâche de perception du temps.

Percevoir le temps qui passe de manière juste et précise est une capacité inhérente à chaque individu, lui permettant ainsi de s’adapter à son milieu physique et social. Dans ce cadre, il est admis que nous possèderions un mécanisme interne qui nous permet de traiter l’information temporelle : une horloge interne. Néanmoins, une littérature grandissante montre que certains éléments de notre environnement ont un impact sur cette horloge, et créent des distorsions temporelles - nous estimons le temps comme étant plus long, ou plus court qu’il ne l’est en réalité - un de ces éléments étant les émotions. Ainsi, percevoir l’expression d’une émotion chez autrui implique des distorsions temporelles (Gil, Niedenthal et Droit-Volet, 2007 ; Gil & Droit-Volet, 2011). Ces distorsions temporelles sont donc le reflet du traitement adéquat de la signification émotionnelle de l’expression perçue : si je comprends la signification émotionnelle, mon organisme est activé et alors se produit une distorsion temporelle ; en revanche si je ne comprends pas cette signification, aucune distorsion ne se produit.

L’objectif serait donc d’examiner si, comme chez l’enfant et l’adulte typique, la performance des personnes avec autisme renvoie à des distorsions du temps face aux émotions, révélant ainsi un traitement implicite des expressions faciales. Ce projet fait donc directement suite à des travaux déjà menés relatifs à l’interaction perception du temps/émotion, mais aussi à des travaux menés sur la capacité à traiter le temps en tant que telle chez la personne avec autisme. En effet, dans une récente étude, j’ai montré que des enfants Asperger ou avec autisme de haut niveau avaient « le matériel de base » pour percevoir le temps (i.e., l’horloge interne), et qu’il était donc possible d’utiliser des procédures expérimentales classiquement utilisées dans le domaine du temps en prenant simplement le soin de quelques adaptations au protocole (Gil, Chambres, Hyvert, Fanget, & Droit-Volet, 2012).

La question de l’évaluation des capacités pragmatiques

Sous la direction de Virginie Laval (Professeur à l’université de Poitiers et membre du CeRCA) et Sandrine Gil (maître de conférences à l’université de Poitiers et membre du CeRCA).

Les capacités pragmatiques sont des compétences cognitives nécessaires au bon déroulement des interactions sociales: elles permettent aux individus de construire et maintenir des échanges verbaux satisfaisants et harmonieux, basées sur la compréhension des états mentaux des interlocuteurs. Dans certaines pathologies, les personnes peuvent présenter un fonctionnement langagier normal ou quasi-normal du point de vue formel, et parallèlement un dysfonctionnement au niveau pragmatique, c’est-à-dire au niveau de l’utilisation du langage en contexte. Ce déficit pragmatique est particulièrement handicapant et peut altérer sévèrement l’adaptation des individus sur le plan social, familial et scolaire.

Malgré l’existence de quelques outils, force est de constater que l’évaluation des troubles pragmatiques reste le parent pauvre de l’évaluation du langage. Il est urgent de proposer des outils d’évaluation des troubles pragmatiques du langage, difficilement évalués par les tests traditionnels souvent focalisés sur l’analyse des aspects formels du langage (Holland, 1991). C’est l’objectif de ce programme de recherche : développer et mettre à disposition des professionnels un outil de mesure de l’inférence contextuelle, basé sur la compréhension d’expressions idiomatiques. Il s’agira en particulier de développer un prototype existant auprès d’enfants et d’adolescents au développement typique, pour pouvoir ensuite l’utiliser auprès de patients avec un trouble du spectre autistique. Ce prototype est construit sur la base de scénarii filmés présentant des situations de communication. Il implique le participant au cœur de l’interaction : le locuteur s’adresse systématiquement à la caméra et produit une expression idiomatique (par exemple : vider son sac). Pour comprendre le message, le participant peut utiliser deux stratégies : soit analyser les mots, soit utiliser le contexte. La particularité du prototype est de proposer des expressions idiomatiques traduites de langues étrangères et n’ayant pas d’équivalent en français. L’intérêt ici est de pouvoir contrôler la familiarité de l’idiome obligeant ainsi le participant à mettre en œuvre des stratégies de compréhension.

Les habiletés de lecture et de compréhension de textes des enfants autistes de haut niveau ou porteurs du syndrome d’Asperger

Sous la direction d’Anna Potocki (maître de conférences à l’université de Poitiers et membre du CeRCA).

Les habiletés de lecture des enfants autistes de haut niveau ou présentant un syndrome d’Asperger se caractérisent généralement par une dissociation entre les processus de décodage des mots écrits (préservés) et ceux de compréhension (déficitaires). Ces déficits en compréhension se situeraient plus particulièrement au niveau du traitement inférentiel alors que la compréhension des informations littérales serait au contraire relativement préservée. Au niveau inférentiel, les difficultés de ces enfants apparaissent surtout lorsqu’il s’agit d’ajouter leurs connaissances générales sur le monde aux informations présentées dans un texte. Deux hypothèses explicatives sont apportées pour rendre compte de ces difficultés : soit ces enfants ne possèdent pas les connaissances leur permettant de produite les inférences adéquates ; soit ils possèdent bien ces connaissances mais ne parviennent pas à les mettre en relation avec les informations du texte. Pour tester ces hypothèses, la présente étude se propose de reprendre un protocole proposé par Cain et al. (2001) qui permet de contrôler le stock de connaissances disponibles des enfants avant de leur faire réaliser une épreuve de compréhension d’un texte mettant en jeu ces connaissances. Dans un premier temps, des connaissances sont ainsi apprises aux enfants concernant une planète imaginaire appelée Gan. Douze faits concernant cette planète leur sont présentés, comme par exemple « sur Gan, les tortues ont des patins à glace aux pieds ». On s’assure ensuite que ces connaissances sont correctement acquises par des épreuves de rappel, puis les enfants doivent répondre à des questions de compréhension (littérales et inférentielles) portant sur une histoire qui se déroule sur cette planète. L’analyse des performances des enfants dans cette épreuve permettra d’examiner à quel niveau de traitement se situent les difficultés des enfants autistes lors de la production inférentielle et à terme, de leur proposer des remédiations adaptées.

Videos | Production audiovisuelle C.R.A.

Cadre de ces enregistrements

Ces enregistrements ont été effectués dans le cadre de la Journée Mondiale de Sensibilisation à l'Autisme le 2 Avril 2015

Ces enregistrements font référence au travail de recherche (en cours) intitulé : Recherches en psychologie cognitive et du comportement : Participation à un programme psychoéducatif de formation aux habiletés parentales pour parents d’enfant ayant un trouble du spectre de l’autisme. Recherche coordonnée par le Pr Céline CLEMENT (Maître de conférences universitaire, à l’université de Strasbourg, en collaboration avec l’Université UQTR à Trois Rivières au Québec). L’objectif de cette étude est de permettre aux parents de s’approprier les connaissances, les stratégies et les outils spécifiques aux TSA dans le but de mieux comprendre le fonctionnement de leur enfant et de mieux faire face aux problèmes rencontrés dans la vie quotidienne et familiale.

Pr Céline CLEMENT

© CRA Poitou-Charentes

Extrait d'une durée de 30 minutes. L'intégralité de la vidéo est en visionnement sur place au Centre d'Information et de Documentation du C.R.A. Durée totale du document : 48 minutes

Témoignage d'un parent participant à ce travail de recherche

© CRA Poitou-Charentes

Cadre de cet enregistrement

Cet enregistrement a été effectués dans le cadre de la Semaine du cerveau 2015. Une conférence a été organisée à l'Espace Mendes France de Poitiers sur le thème suivant Les troubles envahissants du développement, l’autisme, le syndrome d’Asperger et le syndrome de Rett .Soirée organisée par Mohamed Jaber, Professeur de l’Université de Poitiers et Directeur du laboratoire de neurosciences expérimentales et cliniques, unité Inserm 1084.2015

Progrès dans la neurobiologie de l'autisme | Christian Andres, responsable de l’équipe génétique de l’autisme et de la déficience mentale, Inserm U-930 – CHU Tours

© CRA Poitou-Charentes

Extrait d'une durée de 20 minutes. L'intégralité de la vidéo est en visionnement sur place au Centre d'Information et de Documentation du C.R.A. Durée totale du document : 42 minutes